Actus à la une

Aurilac Auto Expertise - Baromètre Européen de la Conduite Responsable : Objets connectés, incivilités, somnolence au volant

À l'approche des grands départs d'été, la Fondation VINCI Autoroutes et Ipsos livrent les résultats de la 5e édition du Baromètre européen de la conduite responsable. Évaluation de leur propre conduite, rapport aux outils connectés, prévention du risque de somnolence ou encore influence de leurs passagers, cette vaste enquête réalisée auprès de 11 038 personnes dans 11 pays de l'Union européenne dresse un état des lieux des comportements des Européens au volant pour contribuer à mieux orienter les messages de prévention dans chaque pays.

Les objets connectés omniprésents dans la conduite des Européens
L'inattention est considérée par les Européens comme l'une des principales causes d'accidents mortels sur les routes (54 %) avec la conduite sous l'emprise d'alcool ou de stupéfiants (56 %). Il s'agit même de la principale cause d'accidents mortels citée aux Pays-Bas (72 %), en Italie (69 %), en Grande-Bretagne et en Grèce (57 %). Cette conscience du risque est telle que 84 % d'entre eux se disent prêts à ne plus jamais téléphoner au volant (avec ou sans kit mains libres) pour faire baisser le nombre de personnes tuées. Pourtant, ils sont toujours très nombreux à utiliser des objets connectés au volant, avec des pratiques qui varient d'un pays à l'autre :
  • 45 % téléphonent avec un système de conversation Bluetooth (jusqu'à 53 % en Grèce contre 38 % en Grande-Bretagne) ;
  • 41 % paramètrent leur GPS tout en conduisant (jusqu'à 51 % en Allemagne et en Pologne contre 29 % en Espagne) ;
  • 30 % téléphonent sans kit mains libres (jusqu'à 51 % en Grèce contre 12 % en Grande-Bretagne) ;
  • 30 % téléphonent avec une oreillette, un casque ou des écouteurs (jusqu'à 52 % en Grèce contre 12 % en France) ;
  • 24 % écrivent et/ou lisent des SMS ou des mails (jusqu'à 33 % en Italie contre 13 % en Grande-Bretagne). Cette pratique dangereuse touche même 38 % des Européens de moins de 35 ans ;
  • 16 % signalent aux autres conducteurs des événements via une application (27 % en Pologne contre 7 % en Grande-Bretagne).
Il n'est donc pas étonnant que 7 % des Européens (jusqu'à 13 % en Italie contre 4 % en Grande-Bretagne et en Slovaquie) reconnaissent avoir déjà eu – ou failli avoir – un accident en raison de l'utilisation d'un téléphone portable en voiture.

Comportements dangereux et incivilités sur les routes d'Europe
Une majorité de conducteurs européens reconnaît s'affranchir de certaines règles élémentaires du code de la route :
  • 89 % admettent dépasser les limitations de vitesse indiquées (jusqu'à 93 % en Suède et en Allemagne) ;
  • 63 % ne pas respecter les distances de sécurité (jusqu'à 78 % en Suède) ;
  • 56 % oublient de mettre leur clignotant pour doubler ou changer de direction (jusqu'à 63 % en France) ;
  • 55 % circulent sur autoroute sur la voie du milieu alors que la voie de droite est libre (jusqu'à 78 % en Grèce) ;
  • 55 % oublient de ralentir à proximité d'une zone de travaux (jusqu'à 67 % en Belgique) en dépit du risque que cela peut entraîner pour le personnel qui y intervient ;
  • 21 % reconnaissent qu'il leur arrive de conduire en oubliant d'attacher leur ceinture (jusqu'à 49 % en Grèce) ;
  • 11 % circulent sur la bande d'arrêt d'urgence de l'autoroute, pourtant réservée exclusivement à l'arrêt d'urgence et au passage des secours (jusqu'à 27 % en Grèce).
1 conducteur européen sur 10 admet qu'il lui arrive de prendre le volant en étant au-dessus de la limite d'alcool autorisée et 4 % alors même qu'ils ressentent les effets de l'alcool (jusqu'à 28 % en Grèce et 23 % en Belgique où la limite est fixée à 0,5 g/L). Une indulgence qui a des conséquences directes graves puisque 7 % des conducteurs européens reconnaissent avoir eu – ou failli avoir – un accident en raison d'une consommation excessive d'alcool (et jusqu'à 9 % en Grèce et 8 % en Belgique).

Par ailleurs, tandis que 81 % des conducteurs européens déclarent qu'ils ont déjà eu peur du comportement agressif d'un autre conducteur (jusqu'à 87 % des Français, Espagnols et Grecs), toutes les incivilités sur lesquels les Européens ont été interrogés progressent sans exception, avec certaines spécificités selon les pays :

  • 56 % (+2 points par rapport à 2017) reconnaissent qu'il leur arriver d'injurier les autres conducteurs (71 % des Grecs contre 28 % des Suédois) ;
  • 50 % (+4) avouent klaxonner de façon intempestive les conducteurs qui les énervent (66 % des Espagnols contre 31 % des Suédois) ;
  • 34 % (+3) se permettent de doubler à droite sur l'autoroute (46 % des Néerlandais contre 17 % des Slovaques) ;
  • 32 % (+1) reconnaissent coller délibérément le véhicule des conducteurs qui les énervent (52 % des Grecs contre 23 % des Slovaques) ;
  • 17 % (+2) n'hésitent pas à descendre de leur véhicule pour s'expliquer avec un autre conducteur (29 % des Polonais contre 8 % des Britanniques).
Les conducteurs qui sont considérés comme les plus courtois au volant sont les Suédois, suivis des Slovaques et des Britanniques. Les Grecs passent pour les plus irrévérencieux pour leurs voisins, juste devant les Espagnols, les Italiens et les Français.

« Le danger vient toujours des autres »
Bien que les Européens avouent adopter des comportements à risque, l'autosatisfaction prévaut et ils jugent très positivement leur attitude au volant. 97 % citent au moins un adjectif positif pour se décrire et se disent vigilants (74 %), calmes (57 %) et courtois (26 %). A contrario, ils sont très peu nombreux à s'estimer stressés (11 %), et pour ainsi dire jamais agressifs (3 %), irresponsables (1 %) ou dangereux (1 %).

Pourtant, quand ils jugent le comportement des autres, les conducteurs européens se montrent nettement moins indulgents puisque 83 % d'entre eux citent au moins un adjectif négatif pour qualifier leur conduite : 47 % les jugent irresponsables, 34 % stressés, 31 % agressifs et 30 % dangereux.

Somnolence au volant : le manque de sommeil s'amplifie à l'occasion des départs en vacances
28% des conducteurs européens déclarent dormir 6h ou moins en semaine, soit 1 heure de moins que les recommandations des médecins spécialistes du sommeil. À cette dette de sommeil chronique s'ajoute, pendant les périodes de grands départs, un manque de sommeil conjoncturel : 80 % des conducteurs Européens se couchent plus tard ou se lèvent plus tôt que d'habitude (et presqu'à 9 conducteur polonais sur 10), 76 % finissent leurs préparatifs tard dans la soirée avant le départ (88 % des Grecs) et 67 % partent de nuit (8 Polonais sur 10).

À cela s'ajoutent des temps de conduite trop longs qui continuent de s'allonger avec une pause en moyenne après 3h16 de conduite, 2 minutes de plus qu'en 2017 et 10 de plus qu'en 2016 (jusqu'à 4h16 pour les Polonais mais 2h48 pour la France). Seulement 26 % des Européens respectent la recommandation d'une pause toutes les 2 h.

D'ailleurs, les incidents liés à la somnolence au volant sont plutôt en augmentation : les Européens sont 26 % (+1 pt) à avoir déjà eu l'impression de s'être assoupis durant quelques secondes au volant (jusqu'à 33 % en France contre 16 % en Grande-Bretagne) et 16 % (+2) à avoir déjà empiété sur la bande d'arrêt d'urgence ou sur le bas-côté à cause d'un moment d'inattention ou d'assoupissement (jusqu'à 26 % en France contre 9 % en Grèce et aux Pays-Bas).

Des évènements loins d'être anecdotiques puisque 9 % des Européens ont eu ou failli avoir un accident en raison d'un épisode de somnolence (jusqu'à 13 % en Grèce), soit davantage que les accidents ou presque accidents causés par l'utilisation du téléphone au volant ou une consommation excessive d'alcool (7 %).

Pourtant 36 % des Européens identifient la somnolence comme l'une des principales causes d'accidents mortels sur autoroutes. Pour les Français qui semblent particulièrement sensibilisés à ce risque, la somnolence reste, à juste titre, la cause d'accidents mortels sur autoroute la plus citée (52 %).

Les bonnes pratiques pour lutter contre le risque de somnolence au volant sont d'ailleurs adoptées par de nombreux Européens mais ne sont malheureusement pas encore des réflexes pour tous et sont même en léger recul. Ainsi :

  • 83 % (-1) des Européens programment leurs horaires de départ en fonction des heures où ils sont le moins fatigués (jusqu'à 94 % des Grecs mais seulement 62 % des Néerlandais) ;
  • 75 % (-2) décalent le moment de leur départ quand ils sont trop fatigués (jusqu'à 87 % des Polonais mais 45 % des Néerlandais) ;
  • 72 % (-1) changent de conducteur au cours du trajet (jusqu'à 79 % des Suédois mais 59% des Britanniques) ;
  • 58 % (-2) font une sieste lors des pauses, l'exemple étant donné par les Belges (83%) alors que seulement 4 Grecs sur 10 adoptent cette pratique, solution la plus efficace pour éviter de s'endormir au volant.

lors même que 17 heures de veille active équivalent à 0,5 g d'alcool dans le sang, la fatigue au volant ne semble pas encore susciter chez les Européens le même réflexe de protection à l'égard d'autrui que l'alcool puisque 38 % des Européens n'insistent pas pour retenir un conducteur trop fatigué (contre 16 % dans le cas d'une personne alcoolisée).

Les passagers peuvent jouer un rôle déterminant dans l'amélioration des comportements
Près d'1 conducteur européen sur 2 ne pense pas aujourd'hui que la présence de passagers puisse influencer leur conduite : 49 % déclarent ne faire ni plus ni moins attention, qu'ils conduisent seuls ou accompagnés.

Pourtant, le passager est à la fois un témoin des comportements du conducteur et une vigie protectrice prête à intervenir pour lui-même, pour le conducteur et pour les éventuels autres passagers en appelant à plus de responsabilité. Un interventionnisme particulièrement marqué en Grèce et peu présent aux Pays-Bas :

  • 82 % des Européens ont déjà été amenés à demander à leur conducteur de ralentir parce qu'il dépassait la vitesse autorisée (jusqu'à 94 % en Grèce mais seulement 68 % aux Pays-Bas) ;
  • 74 % l'ont déjà incité à faire une pause après 2 h de conduite s'il ne l'a pas fait de lui-même (jusqu'à 90 % en Grèce contre 60 % aux Pays-Bas) ;
  • 69 % lui ont déjà dit de ne pas répondre à un appel ou SMS (80 % des Grecs contre 53 % des Néerlandais) ;
  • 62 % lui ont déjà demandé de ne pas se garer sur une place réservée aux personnes à mobilité réduite même s'il n'y en a aucune autre de disponible (77 % des Grecs contre 36 % des Néerlandais).

Mais le passager peut également avoir une influence négative, en incitant le conducteur à adopter des comportements à risque :

  • 35 % ont déjà refusé de s'arrêter ou de prolonger une pause pour ne pas perdre de temps (jusqu'à 57 % des Grecs contre 25 % des Néerlandais) ;
  • 32 % ont déjà incité le conducteur à se garer en double file quelques minutes (jusqu'à 56 % des Grecs contre 20 % des Slovaques) ;
  • 32 % à accélérer pour arriver plus rapidement à destination (51 % des Grecs contre 20 % des Français) ;
  • 18 % à répondre lui-même à un appel (32 % des Grecs contre 10 % des Français et des Britanniques).

Source : https://www.ipsos.com